Atlas de la rénovation dans l'agglomération havraise

9 Contexte constructif 9 Contexte historique et urbanistique 9 Caractéristiques architecturales et constructives 1• pan de bois droit, 2• fenêtres plus hautes que larges, 3• écharpe de contreventement (participe à la stabilité de l’édifice), 4• croix de Saint-André, 5• sablière, 6• ancienne échoppe en rez-de-chaussée, 7• brisis Maisonde ville / immeuble enpandebois 2 5 1 4 Epargnés par les bombardements de 1944, des quartiers d’Harfleur, de Montivilliers et du Havre possèdent un bâti ancien et urbain qui témoigne de la qualité des constructions du XV ème au XVII ème siècle et de la durabilité du matériau bois dans le temps. La technique du pan de bois utilise des bois courts, issus des forêts locales et des rebuts de la Marine, qui facilitent la construction, tout particulièrement en ville. Ce système de construction permet le développement des maisons à encorbellement qui porte une charge en surplomb. Les maisons vont donc avoir un ou plusieurs étages en saillie sur le rez-de-chaussée. 3 6 Mitoyennes, étroites et verticales, ces constructions présentent des façades en pan de bois au rythme très serré, garni de torchis ou de briques. Les plus anciennes ont des encorbellements (décrochés de façade à l’étage pour augmenter la surface habitable). Cependant, dès le XVIII ème siècle et jusque vers 1850, on plâtre les façades afin de leur donner un aspect plus neuf et moderne dans un style classique. Certaines sont recouvertes d’un essentage (bardage) en ardoise. Préconisations architecturales : • Préservation des façades principales • Possibilité d’isoler par l’extérieur les façades sur cour avec un revêtement en relation avec le bâtiment existant (essentage en ardoise, clin de bois naturel...) sous réserve de la compatibilité avec des règlements ZPPAUP et AVAP, cette technique peut ne pas être envisageable lorsque la façade à traiter est en limite de la voie publique. Les travaux d’isolation ne doivent pas perturber l’équilibre hygrothermique de ces parois anciennes. 7 Profil énergétique Répartitiondes déperditions Cataloguedes travaux applicables BÂTI SYSTÈMES Carted’identitéde l’enveloppe Carted’identitédes systèmes Evolutions dubâti Coût énergétique annuel estimé : Chauffage et ECS – abonnements inclus = 2 360 €/an/log Murs Pans de bois avec remplissage torchis et enduit chaux Toiture Combles aménagés, charpente bois traditionnelle 50° + 6 cm laine de verre + ardoises Planchers bas Tomettes en terre cuite sur terre-plein Locaux non chauffés Sans Menuiseries Simple vitrage, menuiseries bois % ouvrants 15% Nombre de niveaux 3 (R+1+combles) Surface habitable 127 m² Mitoyenneté 1 pignon Chauffage Chaudière gaz installée avant 2000, thermostat intérieur sans programmation (électrique en général si collectif) Eau Chaude Sanitaire Liée au chauffage Ventilation Naturelle (Défaut étanchéité + ouverture fenêtres) Peu de travaux ont généralement été réalisés sur ce type d’habitat. Solutions Caractéristiques Préconisations et points d’attention Murs donnant sur l’extérieur Correction thermique intérieure 10 cm d’enduit chaux-chanvre projeté Nécessite un déplacement des réseaux (électricité, eau) et des radiateurs. Toitures Isolation sous rampants Isolation en 2 couches de laine de verre (λ=0.035) dont une entre chevrons et plaque de plâtre type BA13 Variante biosourcée : 26 cm de laine de chanvre (λ=0.041) Perte de place et de hauteur sous plafond. Un frein-vapeur (non intégré) doit être ajouté entre la laine de chanvre et le parement Isolation sarking 2 couches de 14 cm de laine de verre (λ=0.035) posées sur platelage bois Variante biosourcée : 34 cm de laine de chanvre (λ=0.041) A envisager dans le cas d’une réfection de toiture. Menuiseries Remplacement des menuiseries Menuiseries en bois avec vitrages à isolation renforcée 4/16/4 (faible émissivité et lame argon) Prévoir entrées d’air pour ventilation ; Privilégier remplacement total du dormant avec attention particulière sur l’étanchéité. Planchers bas Isolation sous chape 12 cm de mousse de polyuréthane (λ=0.025) posés sur le plancher existant sous chape flottante Variante biosourcée : 12 cm de liège (λ=0.041) Travaux conséquents (casser chape, déplacement éventuel de prises électriques et réseau de chauffage) Chauffage & Eau Chaude Sanitaire Remplacement de la chaudière gaz existante Chaudière gaz à condensation micro-accumulée + régulation par thermostat central et robinets thermostatiques Une telle installation sera à privilégier après réduction des déperditions par isolation du bâti. Les consommations liées à l’ECS peuvent être réduites par l’installation de mitigeurs, mousseurs et douchettes économes. Ventilation VMC Hygro B Création de réseau et mise en place d’entrées d’air dans les menuiseries Peu de gain à attendre mais amélioration de la qualité de l’air en particulier en cas de changement des ouvrants. Energies Renouvelables Solaire thermique Surface de capteur d’environ 1 à 1,5 m² par occupant Permettra de subvenir jusqu’à plus de 60% des besoins d’ECS. Profiter d’une réfection de toiture pour intégration. Appoint bois Installation d’un poêle à bois Le bâti étant relativement compact, il est considéré que 25% des besoins de chauffage peuvent être couverts par l’appoint bois. Une entrée d’air neuf suffisante, directe vers l’appoint, doit être prévue. Atlas de la rénovationénergétique Jusqu’en 1749

RkJQdWJsaXNoZXIy Nzc3NjU=