Formulaire de recherche

La politique de santé publique de la CODAH s'organise autour de trois axes : - préparer l'avenir de nos enfants - mieux former, mieux informer, pour mieux prévenir - préserver et développer l'offre médicale et paramédicale.
Santé, Hygiène, Environnement

Message d'erreur

  • Warning : Invalid argument supplied for foreach() dans include() (ligne 15 dans /var/www/agglo-lehavre.cap/releases/20150713124654/sites/all/themes/codah/templates/views/dossier_page/views-view-unformatted--dossier-page--block-1.tpl.php).
  • Warning : Invalid argument supplied for foreach() dans codah_preprocess_views_view_unformatted__dossier_page__block_2() (ligne 73 dans /var/www/agglo-lehavre.cap/releases/20150713124654/sites/all/themes/codah/template-views.php).

Environnement - Salubrité publique

La CODAH veille à la qualité de vie dans l'agglomération havraise par différentes actions en intervenant dans de nombreux domaines (lutte pour contre l’habitat insalubre, contrôle du respect des règles d’hygiène alimentaire dans les commerces alimentaires, dératisation...)

Pollution intérieure

Quand on sait que les citadins passent aujourd'hui près de 22 heures sur 24 à l'intérieur des bâtiments, dans leurs logements, à l'école, dans les transports, dans leurs espaces loisirs et que chaque jour plus de 12 000 litres d'air passent par nos poumons, on comprend toute l'importance de préserver, à l'intérieur de nos habitations, un air de qualité.

 

Les sources de pollution de l'air intérieur sont multiples

Elles peuvent être liées

  • Aux occupants eux-mêmes, qui, du simple fait de leur respiration modifient la composition de l'air en augmentant sa teneur en gaz carbonique et en vapeur d'eau.
  • A leurs activités et à leurs comportements : tabac, produit ménager ou de bricolage, traitements des plantes, mauvaise aération des pièces sont autant de sources d'altération de la qualité de l'air.
  • Aux équipements : ameublements, système de production d'eau chaude, de chauffage, qui, suivant leur nature, introduisent des polluants dans l'air.
  • Aux bâtiments : matériaux de construction, revêtements muraux et de sol.

Les effets sur la santé, généralement minimes, peuvent aussi être graves, allant d'une gêne notable chez des personnes fragiles à l'irritation des voies respiratoires et des yeux. Les intoxications au monoxique de carbone peuvent provoquer nausées, vomissements, vertiges, maux de tête pouvant aller jusqu'au coma et au décès pour les cas les plus graves.

 

Les sources d'allergènes de l'air intérieur

Les habitants de nos maisons sont souvent plus nombreux que l'on ne l'imagine. Si la présence de nos compagnons à 4 pattes est connue et acceptée, il n'en est pas de même pour les blattes, acariens et autres dont on se passerait bien ! Car eux aussi contribuent à notre insu à polluer notre intérieur en produisant de nombreux allergènes.

• Les acariens : Ils sont dans toutes nos maisons, mais une température supérieure à 20° et l'humidité favorisent leur développement. La présence de plumes, laine, kapok, etc.. sont des nids douillets pour ces parasites. Ils sont plus nombreux dans les lits, les fauteuils et les moquettes.

• Les blattes : Leurs débris et déjections contiennent des allergènes qui se retrouvent dans les poussières des maisons.

• Les animaux domestiques : Ils disséminent dans l'atmosphère de fines particules allergéniques. Le chat en particulier, le chien, le hamster, le cobaye, la souris, etc.. peuvent aussi être allergisants et provoquer de l'asthme.

• Les moisissures : les moisissures sont des champignons microscopiques. Elles sont présentes principalement sur les murs humides (condensation, fuites, infiltrations, sous les fenêtres, dans les sous-sols) ainsi qu'au niveau des plantes vertes). Les moisissures produisent des milliards de spores qui se disséminent dans l'air.

Chez les personnes sensibilisées, l'exposition à ces allergènes a des effets sur la santé : conjonctivites, rhinites, asthme.

 

Les sources d'humidité dans les habitations

Outre les infiltrations d'eau à travers les murs, les toitures et les remontées d'humidité à partir du sol, il faut savoir que la quantité d'eau évaporée dans le logement va de 10 à 20 litres par jour en moyenne et provient :

  1. Des occupants : nous dégageons une quantité importante de vapeur d'eau par la respiration et la sudation : 40 à 70 grammes par heure.
  2. Des activités domestiques : dès lors qu'elles impliquent l'utilisation de l'eau : douche, bain, vaisselle, lessive, nettoyage, séchage du linge, cuisson des aliments.
  3. Des plantes : certaines plantes dégagent plusieurs litres d'humidité par jour.

Un taux élevé d'humidité entraîne non seulement une prolifération des acariens et des moisissures, mais favorise également le développement des micro-organismes tels que virus et bactéries. Les maladies respiratoires sont observées plus fréquement dans les logements humides que dans les logements secs. La lutte contre l'humidité se révèle donc une arme efficace pour rester en bonne santé.

 

L'habitat aussi doit respirer

Toutes les infiltrations et les productions de vapeur d'eau entraînent des phénomènes de condensation que l'on peut diminuer en adoptant une isolation adaptée et une ventilation, mais également en favorisant le renouvellement de l'air (aération) et cela ne coûte rien.

Comme nos poumons, notre logement a besoin d'être régulièrement aéré. C'est une question de confort mais aussi de santé : l'air de nos maisons doit être régulièrement renouvelé pour être le plus proche possible de celui de l'atmosphère normale.

L'arrivée de l'air extérieur chasse les excès d'humidité du logement. L'air extérieur qui pénètre dans l'habitat est en effet moins chargé en eau que l'air intérieur. Ceci est valable même par temps de pluie ou de brouillard car l'air s'assèche en entrant dans l'atmosphère plus chaude des habitations.

 

Une bonne qualité de l'air

  • C'est un air qui contient 78% d'azote, 21% d'oxygène, 1% de gaz carbonique et de gaz rares.
  • C'est un air qui contient peu d'allergènes et qui est à une bonne température et un taux d'humidité équilibré.

 

Une bonne aération

  • Ouvrir les fenêtres régulièrement et suffisamment longtemps (au moins 20 minutes par jour, matin et soir si possible).
  • Ne pas obturer ou laisser s'encrasser les entrées d'air (grilles d'aération).
  • Éviter de calfeutrer les portes et les fenêtres s'il n'y a pas d'autres modes d'aération.
  • Ne pas fumer à l'intérieur des locaux.