Formulaire de recherche

La direction Cycle de l'Eau assure les missions de production / distribution de l’eau, d'exploitation des réseaux, de distribution d’eau industrielle aux entreprises, d'aménagement, entretien et de renaturation des cours d’eau et enfin du transport des eaux jusqu'à la station de traitement des eaux usées pour certaines communes de la CODAH.
Cycle de l'Eau

L'eau potable

  • © Fotolia
  • Yport
  • © Fotolia
  • © Fotolia

L'eau est un patrimoine à préserver. Si nous dépendons de l'eau, elle dépend aussi de nous. Il est donc important de découvrir le parcours de l'eau et de se rappeler les différentes astuces qui permettent d'acquérir les gestes pour protéger ce bien précieux car l'eau, c'est aussi l'avenir.

 

 

La ressource naturelle et sa protection

Dans le cadre de la protection de la ressource en eau et des études sur les différents bassins d’alimentation des captages, la CODAH procède à l’identification de la circulation des eaux souterraines alimentant ces captages. Cette opération permet de mieux connaître le cheminement de l’eau qui alimente les différents forages et sources et de mener les aménagements nécessaires pour garantir la qualité de l’eau. Ces campagnes de traçage se sont poursuivies en 2011.

En ce qui concerne le bassin d’alimentation du captage d’Yport, une campagne de traçage des points d’engouffrement des eaux a permis de déterminer l’étendue de l’aire d’alimentation du bassin. Concernant le bassin d’alimentation du captage de Radicatel, une seconde campagne de traçage a été réalisée, qui vient confirmer les résultats de la campagne de 2010 : la surface du bassin d’alimentation des sources de Radicatel est passée de 45 km2 à 85 km2. Radicatel est alimenté par deux masses d’eau distinctes dans la nappe.

D’autre part, d’importants travaux ont été réalisés en 2011 pour protéger le forage d’Yport et traiter des bétoires le long de la déviation de Goderville. Plusieurs de ces points d’engouffrement ont été étanchés afin que les eaux de ruissellement et les polluants ne puissent pas rejoindre le forage situé à plus de 10 km en aval. La bétoire principale a été traitée avec un important massif filtrant destiné à épurer ces eaux de ruissellement. 

 

Le rendement du réseau d'eau potable

Afin d’améliorer le rendement du réseau d’eau potable, la CODAH a mis en œuvre en 2006 et 2007, un programme d’installation de 40 débitmètres de sectorisation. Avec l'existant, c'est maintenant environ 80 débitmètres qui permettent de délimiter des secteurs dans lesquels il est possible de déterminer les débits entrants et sortants et donc la consommation instantanée du secteur.
Cette première approche permet d'évaluer débits de nuit et d'orienter les campagnes de recherche de fuites.

C’est ainsi que le rendement du réseau d’eau potable s’est amélioré depuis 2007 de 5,8 %, notamment sur le territoire géré en régie, passant de 69,3 à 79,2 %. Cela représente 1 600 000 m3 d'eau qui n’ont pas du être produit.

En 2011, la CODAH a passé un marché dans le but d’équiper les secteurs du réseau d’eau de pré localisateurs, et donc d’établir un diagnostic acoustique permanent de l’état du réseau. D’ici juin 2013, 250 enregistreurs sous bouche à clé seront installés, et permettront de détecter et de réparer encore plus rapidement les fuites.

L’objectif de la CODAH est d’obtenir un rendement de 82 % en 2014 et de 85 % en 2017. 

 

La problématique "plomb"

Le plomb que l'on peut trouver dans l'eau du robinet ne provient généralement pas d'une pollution des ressources en eau dans la nature. Il provient plutôt de particules provenant des canalisations. En effet, même si le plomb est aujourd'hui interdit d'utilisation pour les canalisations du réseau public de distribution d'eau potable, il existe encore dans les tuyauteries intérieures des constructions anciennes ainsi que dans certains anciens branchements publics. D'autre part, plus l'eau est douce, plus elle peut dissoudre le plomb de ces conduites intérieures.

Quels sont les effets du plomb sur la santé ?

Les sources d'exposition au plomb sont diverses : le plomb peut être présent dans l'air (fumée de cigarette, gaz d'échappement), les aliments, des peintures anciennes, l'eau. Le plomb est indésirable et, à fortes doses, peut provoquer des troubles graves de la santé. L'absorption régulière ou en doses massives de plomb peut provoquer des troubles neurologiques.

Que fait-on pour éliminer toute trace de plomb dans l'eau ?

La réglementation actuelle limite à 25 µg/l la teneur de plomb dans l'eau du robinet. Cette limite va être abaissée à 10 µg/l à la fin de l'année 2013 et cette limite ne pourra être respectée en présence de branchements en plomb.

La CODAH a lancé en 2009 un vaste programme de renouvellement des conduites et branchements au cœur de l’Agglomération (raccord entre la conduite d’eau et le compteur). Situés pour la plupart au Havre et à Sainte-Adresse, ils se trouvent en ville basse comme en ville haute, à l’exception des quartiers plus récents du Mont-Gaillard, de Caucriauville et du Bois-de-Bléville.

A fin décembre 2011, le total était de 6806 branchements remplacés depuis 2009. La cadence annuelle est de 4000 branchements jusqu’en 2013.

Quelles sont les précautions à prendre si vos canalisations intérieures sont encore en plomb ?

Si vous habitez une construction ancienne, vos canalisations intérieures peuvent alors charger votre eau en plomb. Il faut laisser couler l'eau quelques instants avant de remplir une carafe pour éliminer d'éventuelles particules de plomb dans l'eau.

Si votre installation intérieure est équipée d'un adoucisseur d'eau, veillez à ne pas trop adoucir l'eau et à bien régler cet appareil. Suivez rigoureusement les mesures d'utilisation et d'entretien prescrites par le constructeur et veillez à le faire entretenir régulièrement par un professionnel.

 

Quelques chiffres


  • 117 500 abonnés eau potable
  • 109 395 redevables assainissement collectif
  • 6 centres de production d’eau potable
  • 1 372 Km de réseau d’eau potable
  • 46% des habitants de l'agglomération ne boivent pas ou rarement de l'eau du robinet
  • 73% lui reprochent son "goût de chlore"
  • 19% remarque que ce goût se manifeste surtout après de fortes pluies

 

La qualité de l'eau

L'eau de source utilisée pour la production d'eau potable est d'une bonne qualité initiale : l'eau de pluie s'est purifiée naturellement en traversant différentes couches de terrain. Cependant, elle nécessite un traitement complémentaire : clarification, filtration sur sable et/ou charbon actif, désinfection.

La CODAH utilise les ressources suivantes :

  • Ressources de Rolleville, La Payennière et Durécu :     désinfection au chlore
  • Ressources de Saint Laurent de Brèvedent :     filtration sable et charbon actif - désinfection UV puis chlore
  • Ressources d'Yport :     Traitement charbon actif - clarification au chlorure ferrique - filtration sable - désinfection chlore
  • Ressources de Radicatel : Traitement charbon actif - clarification avec chlorure ferrique - filtration sable - désinfection chlore    

Tout au long du traitement puis de la chaîne de distribution, des analyses sont effectuées pour contrôler la conformité de l'eau aux normes.

Mots clés :