Formulaire de recherche

Préparer demain sans jamais oublier le quotidien

Territoire de projets

Le projet "Smart Port City" lauréat du PIA3

  • (V.Rustuel)

Le projet Smart port city, porté par la CODAH, HAROPA-­‐Port du Havre, l’Université Le Havre Normandie, Synerzip LH et leurs partenaires économiques et scientifiques, est lauréat du Programme national des Investissements d’Avenir.

Le Premier ministre a présenté jeudi 4 janvier les 24 lauréats du 3e appel à manifestation d’intérêt du Programme des investissements d’avenir, appelé « Territoire d’innovation de grande ambition » (PIA 3 TIGA). Parmi les lauréats figure le projet porté par la CODAH "Smart port city, vers un nouveau modèle de territoire urbain et industrialo-­‐portuaire intégré par l’innovation". A la suite de cette annonce, les porteurs du projet se sont réunis hier : l’objectif est désormais de compter parmi les 10 territoires finalistes qui bénéficieront d’une dotation de 50 M€ chacun pour réaliser leur ambition.

Pour Luc LEMONNIER, Président de la CODAH, « rendre une ville et son port plus intelligents c’est les rendre plus efficaces et plus attractifs. C’est une première étape dans la concrétisation de notre ambition commune à penser une nouvelle interface entre la ville et le port ; c’est surtout un véritable accélérateur d'opportunités pour nos entreprises. A l’heure où les enjeux du développement du numérique dans la dynamique portuaire se font de plus en plus pressants, l’agglomération havraise est plus que jamais une terre d’innovations. »

Smart Port City, ou comment inventer la relation Ville et port de demain ?

Entre "ville intelligente" et "port du futur", le projet doit permettre une transformation en profondeur de l’agglomération havraise par l’innovation, d’envergure nationale et européenne. Smart Port City s’appuie ainsi sur trois axes principaux :

  • la conduite d’une transition technologique de référence mondiale au service d’une économie logistique performante
  • l’édification d’un territoire exemplaire et innovant sur le plan environnemental, à l’échelle de l’estuaire de la Seine
  • la construction d’une interface ville-­‐port, laboratoire de nouveaux usages urbains et portuaires.

Un projet qui mobilise de nombreux acteurs

L’élaboration du projet illustre les liens qui unissent l’ensemble des acteurs du territoire havrais autour d’une politique de développement et d’attractivité par l’innovation. Il rassemble :

  • des acteurs institutionnels et économiques : HAROPA-­‐Port du Havre, CCI Seine Estuaire, Région Normandie, Union Maritime et Portuaire, Synerzip-­‐LH, Port Center, Office de Tourisme de l’Agglomération Havraise, AURH ;
  • les acteurs académiques : Université Le Havre Normandie, COMUE (COMmunauté d'Universités et Établissements), ENSM ;
  • des entreprises havraises et/ou leurs associations représentatives : SOGET, EDF, Climate City (projet d’implantation), SynerZip (association des entreprises de la zone industrialo-­‐portuaire) ;
  • des opérateurs innovants : le Container, Normandy French Tech, Pole TES, association LH-­‐0, association LE FORT!

Transformer le territoire havrais

Ces partenaires, issus de domaines multiples, se réunissent autour d’un objectif commun : transformer le territoire à 10 ans par la mise en oeuvre d’actions très concrètes autour des trois axes :

1. La conduite d’une transition technologique de référence mondiale au service d’une économie logistique performante

  • la Capitainerie du futur et l’E-­‐maritime (développé par SOGET) faciliteront le passage des marchandises tout en assurant un haut niveau de sécurisation des données ;
  • la Halle technologique (hangar de 2 300 m²) accueillera chercheurs, entreprises et start-­‐up en leur offrant les moyens d’expérimenter des innovations à taille réelle (projet porté par l’ISEL/Université Le Havre Normandie en lien avec le Trafis Lab) ;
  • l’Optiroute informera en temps réel de la situation des ponts sur la zone industrialo-­‐portuaire et du trafic et facilitera ainsi les flux (32 000 salariés et 12 000 camions par jour).

2. L’édification d’un territoire exemplaire et innovant sur le plan environnemental, à l’échelle de l’estuaire de la Seine

  • la reconversion de la Centrale EDF par l’utilisation de combustibles alternatifs disponibles (combustibles solides de récupération, biomasse, voire gaz naturel liquéfié) sera emblématique de l’évolution industrielle et vertueuse du territoire ; l’émergence de dispositifs technologiques de bio-­‐surveillance : Climate City se propose de collecter des données climatiques localisées à partir de ballons captifs et de drones instrumentés ; I-­‐caging (développé par l’Université Le Havre Normandie) est basé sur des casiers équipés de capteurs et immergés dans les bassins portuaires et estuariens ; Drones en essaim (porté par l'université Le Havre Normandie) a pour ambition la surveillance de zones sensibles et/ou peu accessibles par un ensemble de robots mobiles aériens évoluant en formation ou en essaim ;
  • l’E-­‐toile, cartographie des flux sur la zone industrialo-­‐portuaire, favorisera l’interconnexion des acteurs et permettra d’identifier des opportunités d’échange, de mutualisation et de création de valeur.

3. La construction d’une interface ville-­‐port laboratoire de nouveaux usages urbains et portuaires

  • Le Port Center 2.0, lieu de découverte, de médiation et de mise en valeur du port et de son territoire, plongera les habitants et visiteurs au coeur de l’activité portuaire en proposant des expériences immersives avec notamment des outils technologiques innovants ;
  • le Smart Cruise, adossé à un terminal croisière nouvelle génération, proposera un bouquet de services connectés aux croisiéristes pour les accompagner dans leur séjour mais également aux compagnies et membres d’équipage.

Une première étape dans la constitution du projet

Le 4 janvier 2018, l’Etat – Commissariat général à l’investissement-­‐ a désigné les 24 lauréats qui bénéficient d’une aide de 400 000 € en crédits d’ingénierie pour approfondir leur projet et déposer un dossier de candidature pour compter parmi les 10 territoires qui disposeront chacun de 50 M€ de fonds publics (dont la moitié en fonds d’investissement et la moitié en subventions).

Les projets ont été choisis pour leur capacité à transformer concrètement les territoires grâce à l’innovation (technologique, économique, sociale, environnementale, urbaine, etc.), et à être dupliqués sur d’autres territoires français. Les acteurs du projet havrais sont ainsi tous mobilisés pour préparer la deuxième étape.